Vous êtes ici : En savoir plus

Le cas de Renuka

AddThis Social Bookmark Button

La psychologue française travaillant dans le centre des femmes à Kathmandu nous raconte :

Dans le froid d'une fin d'après-midi de l'hiver 2007, une jeune femme nous est amenée par une policière du commissariat de Bhaktapur,

Un couple de parrains en voyage au Népal, témoignent de leur visite à Katmandou.

AddThis Social Bookmark Button

" En avril et mai 2007, nous avons effectué un voyage au Népal pour y faire un trek (tour des Anapurnas et camp de base). Avant de quitter ce pays fabuleux, nous avons souhaité rencontrer l'association Planète Enfants à Kathmandu car nous parrainons cette ONG depuis plusieurs années.

Sunita, rescapée d'un bordel Indien.

AddThis Social Bookmark Button

« Je viens de Sindulpatchock un district dans le nord du Népal. A l'âge de quinze ans, quelqu'un m'a offert un travail comme domestique en Inde. Vu le manque d'avenir dans mon village, j'ai accepté cette place dans l'espoir d'une vie meilleure. Deux mois plus tard, j'étais dans un bordel en Inde,

Cheering, un enfant sorti de la rue

AddThis Social Bookmark Button

" A l'âge de 7 ans, avec mes parents, nous avons quitté notre village de haute montagne pour aller à Kathmandu, pensant que la vie y serait plus facile.

Depuis que Nima sait lire

AddThis Social Bookmark Button

« Je m’appelle Nima Bohara, et j’ai 29 ans. J’habite dans le village de Balwang, à Rolpa (Népal) avec mon fils et ma fille, qui ont 10 et 7 ans. Nous sommes 14 membres de la famille à vivre dans la même maison. Mon mari, lui, travaille en Malaisie depuis cinq ans. »

C’est avec les larmes aux yeux que Nima raconte que sa fille souffre d’une maladie que les médecins ne parviennent pas à identifier, ni à soigner.

« C’est quand ma vie est devenu un combat que j’ai réalisé l’importance de  l’éducation. J’ai rencontré de nombreuses difficultés pendant le traitement de ma fille : je restais à l’écart, muette, parce que je ne savais ni lire, ni écrire. J’étais trop timide et me refusais à parler à des inconnus et même à des personnes de mon village. Dès que j’ai entendu parler du lancement du programme de Planète Enfants dans mon village, j’ai immédiatement manifesté mon intérêt et j’étais la première femme inscrite !

Violence envers les femmes au Népal : vers la fin de l'impunité ?

AddThis Social Bookmark Button

Deux exemples récents montrent que l’impunité pour les parents et les maris n’est plus forcément de mise au Népal.  
Depuis longtemps, PE et son partenaire Saathi apportent un soutien légal aux femmes victimes de violence hébergées dans leur centre d’accueil. Mais trop peu de femmes tentent de défendre leurs droits devant la justice au Népal, convaincues qu’elles n’ont aucune chance de gagner. Pour la première fois cette année, de réels progrès se font sentir, la justice ayant donné raison à plusieurs femmes en conflit avec leur environnement familial.

Nirjala, une jeune fille pleine d'envies et de vie...

AddThis Social Bookmark Button
Séance de lecture au club pour enfants de Paurakhi Basti

Malgré la très grande précarité qui règne dans les bidonvilles de Katmandou, les enfants que nous encadrons dans les clubs font souvent preuve d’un optimisme et d’une joie de vivre débordante.
Les activités que nous leur proposons leurs permettent de mener une vie d’enfant orientée autour du jeu et de se construire de solides armures contre les difficultés qu’ils rencontrent au quotidien...et elles sont nombreuses: violence domestique, chômage, maladie, alcoolisme... Ces enfants nous rappellent, au travers du témoignage de Nirjala, qu’une bonne dose de joie, et d’estime de soi, est sans doute le meilleur allié pour se protéger efficacement contre les aléas de la vie.

Retrouver sa dignité... Sita raconte

AddThis Social Bookmark Button

Sita a maintenant 18 ans. Issue d'une famille très pauvre, elle a décidé l'année dernière de partir à Katmandou pour y trouver du travail. Rapidement, elle se fait quelques amies qui travaillent dans un restaurant du quartier où elle vit. Comme elle est sans ressource, Sita leur demande de l'aider à trouver un emploi, quel qu'il soit ! Ses amies la recommandent au patron du restaurant et Sita commence immédiatement ... ce dont elle n'avait pas idée, c'est que ses amies devaient se prostituer et que ce serait aussi ça, sont travail !

"Maintenant, je vais à l'école", dit Sarita

AddThis Social Bookmark Button

« Namaste. Je m’appelle Sarita, j’ai dix ans et je voudrais grandir vite pour devenir docteur et policière. Docteur pour soigner ma maman qui est souvent malade et policière pour changer les mauvaises habitudes de mon père qui est alcoolique. Ma maman est la seule à travailler et si elle ne ramène pas d’argent à mon père, il la frappe en rentrant le soir.

Depuis qu’on a quitté notre région en province pour venir à Katmandou, maman doit travailler et laisser ma petite sœur Purnima à la maison. Je dois maintenant m’occuper d’elle alors j’ai arrêté l’école… Je passe mes journées à faire du babysitting et à promener ma petite sœur.
J’aime tout à l’école et ça me manque car maintenant je ne peux plus jouer avec mes amis ni même lire des contes ou colorier. »

Giri, victime d'exploitation sexuelle en Inde, nous raconte son calvaire

AddThis Social Bookmark Button

Giri*, 30 ans, actuellement directrice d’une organisation népalaise de lutte contre le trafic, a accepté de témoigner de l’enfer dont elle a été victime dans sa jeunesse.

«Je m’appelle Giri et je suis népalaise. A l’âge de 5 ans nous sommes partis avec ma famille en Inde. Nous vivions tranquillement dans une ferme, jusqu’au jour de mes 14 ans, où mon oncle a arrangé mon mariage contre ma volonté et celle de mes parents. Un jour où j’étais seule chez moi, un homme est arrivé, a déclaré qu’il avait payé pour moi et m’a violée.