PASSEPORTS CONTRE L'ENFER : Prévention contre la traite et les migrations à risque

AddThis Social Bookmark Button

frontiere  indo nepalaiseUn nombre toujours plus important de népalaises quittent leur pays à la recherche d'un emploi. Or, si certaines migrations sont de véritables opportunités, la plupart des candidates se retrouvent en situation d'exploitation, voire d'esclavage. Outre l'enfer qui les attend, ce phénomène prive aussi de protection des centaines de milliers d'enfants dont la mère a quitté le foyer.

A travers un centre d'informations, des programmes radio et de nombreuses opérations de sensibilisation pour les autorités et les communautés, le projet implanté dans les districts de Banke, Bardia, Surkhet et Kailali vise à informer le grand public et les potentiels migrants ainsi qu'à protéger les femmes vulnérables poussées au départ en leur proposant une alternative économique.

Découvrez en images notre programme "Passeport contre l'enfer" (Un film réalisé par Mathieu Cretté)

A Népalgunj à quelques kilomètres de la frontière indienne, ainsi qu'à Dang et ses environs, de nombreuses femmes bénéficient du programme d'activités génératrices de revenus. Elles sont couturières, commerçantes ... Découvrez-les en images

 

TEMOIGNAGE : le travail de prévention du trafic à Népalgunj

Prévenir le trafic des femmes et des enfants implique d’agir sur ses causes profondes ou immédiates : parmi celles-ci, la pauvreté et les difficultés familiales, qui peuvent pousser des femmes ou des enfants à quitter le Népal, à la recherche d’un emploi mais sans aucune information sur les opportunités et les risques encourus.

Dans le Centre pour une Migration Sûre que nous avons mis en place en octobre dernier, l’équipe reçoit les candidats à l’émigration pour que leur choix soit informé, propose un soutien psycho-social, voire une alternative économique au départ pour les personnes les plus vulnérables. Nous avons rencontré Deepa à la « préfecture » de Nepalgunj, alors qu'elle retirait son passeport. Nous lui parlons des risques liées à l’émigration et les précautions à prendre ….

Plus très sûre d’elle, Deepa rencontre l’assistante sociale du centre et de lui raconte son histoire : à 46 ans, mariée depuis 30 à un homme qui s'est lui-même remarié deux fois durant cette période, Deepa a la charge de son mari, qui ne travaille pas, de ses beaux parents et des enfants nés des 3 unions (les 2 autres femmes ayant quitté le domicile conjugal) ! Devant les difficultés financières de la famille, son mari lui-même la pousse à émigrer ! Mais Deepa ne sait que faire…

A l’issue de cet entretien, l’assistante sociale rencontre le mari puis entame un suivi du couple. Les problèmes d’argent sont évoqués et le mari est ouvert à une autre solution. L’assistante sociale les oriente vers le responsable des « activités génératrices de revenus » avec qui ils échangent sur les possibilités d’amélioration de leur situation économique. Après une étude des compétences de chacun et des opportunités du marché, ils décident de monter un commerce ambulant de vente de thé. Ils sont aidés dans le choix du site et Planète Enfants soutient financièrement le projet. Le couple s’acquitte du chariot. Le suivi psycho-social de la famille se poursuit après le lancement du commerce.

Chiffres clé

. 1 centre d'information et des bureaux dans 3 préfectures (dans les districts de Banke, Bardhya et Surkhet)
. 12 000 candidats à la migration informés
. 1700 militants et autorités locales formés
. 120 métiers créés comme alternative au départ pour les filles et les femmes les plus vulnérables

Notre partenaire local

Saathi est une ONG népalaise fondée en 1992 dont le mandat est la lutte contre les violences envers les femmes et les enfants et le support aux victimes. Depuis 2009, Planete Enfants a travaillé avec Saathi Katmandou dans le cadre du centre de réinsertion des victimes de violences domestiques et à Saathi Nepalgunj pour le programme de lutte contre les migrations à risques et la traite.

Fiche technique

Localisation : villes frontalières et régions dont sont issus de nombreux migrants, Sud Ouest du Népal

Bénéficiaires : candidats à la migration,  et particulièrement les femmes vulnérables

Schéma d’intervention

Sensibilisation de l'opinion publique à la traite et l'exploitation sexuelle
- Programmes radio
- Distribution de kits d'informations
- Sensibilisation des acteurs locaux
- Création d'une base de données sur la migration à risque

Respect des droits de l'Enfant
- Protection des enfants des mères candidates à la migration
- Soutien psychosocial  des jeunes filles et femmes                  
- Proposition d'alternative au départ  

Éducation et information des communautés vulnérables
- Centre d'information sur la migration à risque
- Information des groupes de femmes  

Amélioration des conditions de vie
- Activités génératrices de revenus                          
- Elevage solidaire  

Réinsertion des victimes
Aide à la réinsertion des victimes (exploitées à l'étranger) revenant au Népal

Plaidoyer pour l'implantation en région des services publics d'aide à la migration

Vous devez vous enregistrer pour pouvoir laisser un commentaire. Rejoignez la communauté !